Mémorial aux victimes du 13 Novembre

« Bougie ouverte »

Maître d’ouvrage: Association GENERATION BATACLAN

Situation : Paris face au Bataclan.

Architecte mandataire : CARLOS BARBA AR+TE, ARchitecture + TErritoire

Phase : Concours mars 2016.

Face à un événement tragique et inexplicable, un élan de vie et de création ont émergé à Paris, en France et dans le monde entier. Le sens et la signification des lieux et des objets architecturaux, sont la ligne continue de nos pensées. Lieux collectifs, lieux scénographiques ou lieux de mémoire sont des thèmes de cette architecture, une architecture qui se vit et se parcourt à l’écoute de chaque sens, de chaque perception.

Dans le présent sujet, la mémoire est le fil conducteur de la perception du lieu. Ce projet se veut universel, la vie et la mémoire en sont le sujet principal. La vie est représentée par la lumière et la mémoire par des lignes lumineuses accueillant les prénoms des victimes.

Pourquoi une Bougie

La bougie est un symbole universel de recueillement. Beaucoup de civilisations ont fait appel à cet élément chaleureux qui représente l’espoir. La flamme est un élément fédérateur; une flamme éternelle qui prolonge la vie après la mort. La bougie sera transparente par son ouverture, elle pourra être traversée afin de concrétiser “le passage” dans un mouvement continu.

La bougie comporte un espace concave nécessaire au recueillement et à l’intimité. L’espace convexe articule le flux urbain en accrochant le regard. La bougie en tant qu’élément urbain sera identifiée de manière simple et évidente. La bougie comme étincelle de mémoire sera visible de loin et compréhensible de tous.

Source lumineuse

Une source lumineuse émerge face à un lieu de vie, halo lumineux unique capté sur des lignes multiples. La lumière comme réponse à l’obscurantisme, lumière de vie, lumière mémoire.

Sur ce lieu de rassemblement concentrique, l’élément cylindrique rappelle une bougie éternelle. La place s’agrandit avec les pavés, éléments qui font un tout, éléments-mémoire du sol parisien.

Des lignes circulaires dessinent au sol le rayonnement sonore du lieu. Les pavés en cercle deviennent les éléments rappelant la musique propageant un message de rassemblement. La placette devient une place à l’échelle de ce lieu culturel.

Lignes lumineuses

13 novembre, treize lignes lumineuses pénétrables, le mémorial se contemple mais reste ouvert, pénétrable. Les visiteurs pourront traverser ces lignes symbolisant le passage, un voyage en mémoire des victimes.

Les prénoms des 130 victimes sont gravés sur les lignes. Leurs noms font écho contre l’oubli, contre l’indifférence.